Abat jour MC

Difficile de revenir ici où tout paraît si futile voire indécent face aux drames et aux horreurs de l'actualité.

Ici déjà, le 10 janvier, les mots étaient trop lourds pour ce blog qui se veut si léger.

Mon blog, ma parenthèse enchantée, ma bulle de douceur, mon échappée belle, mon souvenir des belles choses, ne peut pas, une fois de plus, faire comme si de rien n'était.

Il veut, lui aussi, avoir une pensée pour toutes les victimes de ces attentats, pour leurs familles, leurs amis, leurs collègues...

Pour tous ceux, professionnels ou non, qui ont porté secours, risqué leur vie pour en sauver tant d'autres; pour tous ceux, qui aujourd'hui encore, pansent les blessures des corps et des âmes meurtris.

 Pour nous tous, citoyens du monde entier, qui sommes touchés en plein coeur.

Vendredi, en confectionnant cet abat-jour, j'ai pensé à ce que disait Martin Luther King:

"L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité; seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine; seul l'amour le peut".

Il n'appartient qu'à nous de répandre la lumière, la connaissance et l'amour pour combattre l'obscurantisme, l'ignorance et la barbarie.

Abat-jour MC

Abat-jour "Fées Mains" et trousse confectionnée par mon amie Marie-Christine.

Vendredi, je devais partir à Paris. Une escapade de 2 jours organisée depuis des mois. Une échappée belle entre amies passionnées de loisirs créatifs et amoureuses de Paris.

Tout était prévu: les billets de train achetés en août, l'appartement loué pour la nuit, les billets d'entrée au salon "Créations & Savoir-faire", la liste des choses à faire et à voir... sauf le cauchemar de ce 13 novembre. Je ne dirais pas cet imprévu car, personnellement, le risque d'attaques isolées ou d'attentats est présent bien avant janvier 2015.

Après bien des hésitations, partagée entre l'envie de continuer à vivre comme avant et la peur de ne pas vivre pleinement ce que j'avais tant attendu, d'être confrontée à des alertes, des mouvements de panique, j'ai finalement renoncé à ce séjour parisien.

Pas le coeur à déambuler dans les allées d'un salon ou à me balader dans les rues de Paris. Pas le coeur à apprécier les jolies créations du salon, à penser à créer, à acheter ce que je ne trouve pas ici... Pas le coeur à voir Paris meurtri.

Juste l'envie de me ressourcer, de cocooner, de me recentrer sur mes priorités, les plaisirs simples: mon nid douillet, lire, tricoter, boire un bon thé, écouter de la musique, faire mon marché puis retrouver les copines au café pour notre RDV hebdomadaire, cuisiner... et confectionner un abat-jour pour mon amie Marie-Christine. Elle qui, pour notre escapade parisienne, nous a offert de jolies trousses. 

Amie de couture, amie avec qui je devais partir à Paris. Elle m'avait demandé si je pouvais lui faire un abat-jour avec des serviettes de famille brodées à ses initiales. Pour ce faire, j'avais d'ailleurs prévu de trouver à Paris une carcasse d'abat-jour adaptée à son pied de lampe et un biais autocollant pour de jolies finitions... Finalement, j'ai confectionné un abat-jour avec les moyens du bord! Un peu trop grand pour son pied de lampe mais, à l'occasion, avec les serviettes restantes, je lui en referai un plus petit. Surtout qu'il n'est pas parfait! En allumant la lampe pour faire des photos, j'ai réalisé que je n'avais pas pensé à centrer les initiales par rapport à la carcasse! Du coup, une tige de la carcasse coupe le M! Et, avec la lumière, les bords de tissu rabattus ne sont vraiment pas beaux! Il me faut encore me perfectionner! Un jour, à Paris ou ailleurs, je trouverai peut-être ce qu'il faut pour lui faire un bel abat-jour. Mais, vendredi, ce n'était pas le jour pour partir à Paris!

Les amies, elles, sont parties. J'aurais aimé avoir leur enthousiasme, leur excitation mais le coeur n'y était pas. Je n'étais pas prête! Je ne regrette pas mon choix. Un choix difficile mais en accord avec moi-même. Il est important de savoir s'écouter, de choisir ce qui est le meilleur, ou le moins pire, pour soi.

J'ai beaucoup pensé à elles. Elles ont beaucoup pensé à moi. Leurs "tu nous manques" m'ont fait chaud au coeur.  

Elles sont bien rentrées et elles me raconteront le Paris que j'aime.

PARIS

Paris, juin 2015, les terrasses, la douceur de vivre, la liberté, la belle vie...

Le Paris que j'aime et qui ne peut être autrement.

Le Paris que je reverrai

 

Imagine Paris - Les Youtubeurs chantent pour Paris

Pour voir la vidéo avec les paroles traduites en français c'est ici.